LA CHARTE DE LA COMPASSION

Ces jours-ci, au Québec, nous nous sentons tous peut-être un peu cyniques au moment des élections.  Après une année pleine de révélations honteuses de corruption et de mensonges c’est difficile de croire à l’honnêteté et aux promesses des politiciens.  Mais ce n’est pas seulement au  Québec ou en politique qu’on trouve cet état des choses.  Tous les jours nous sommes témoins de catastrophes écologiques, de conflits, d’injustices sociales et économiques et on a du mal à croire aux vertus humaines comme  le partage, la justice et la bonté.  Et pourtant nous ne pouvons pas perdre espoir et nous laisser vaincre par le côté sombre, notre côté sombre, et devenir fascinés par les désirs immodérés, l’intransigeance, la discrimination et la cruauté.  Nous savons tous que c’est dans l’amour et le partage que nous  expérimentons nos états d’âme les plus élevés.  Les religions nous rappellent que la moralité c’est de vivre pour les autres et que ce n’est pas suffisant d’avoir une expérience transcendante.  Après le Nirvana vient la place du marché et le héros dans le Boudhisme Mahayana est le bodhisatva, celui qui promet de libérer tous les êtres avant de jouir de sa propre libération.  L’intérêt altruiste pour l’autre est aussi à la base du karma yoga, le service désintéressé qui nettoie le coeur et est l’antidote de l’égoïsme.  Également, la règle d’or des chrétiens est: “Traite les autres comme tu aimerais qu’on te traite”.  Comme toutes les grandes vérités elle est simple; pas de dogmes compliqués, pas de systèmes philosophiques discutables,  simple mais bien difficile à pratiquer!

C’est dans ce contexte que j’adhère au Manifeste révolutionnaire pour un monde meilleur (Éditions Belford) de Karen Armstrong, grande spécialiste des religions, qui livre ses conseils pour que la compassion devienne une dynamique dans notre vie.  Karen Armstrong (YouTube) propose que le premier pas à suivre pour cultiver la compassion est de prendre conscience, à travers une attention constante, de nos pensées, nos gestes et nos mots. C’est ce qu’elle appelle faire face à la part d’ombre en nous, ce qui représente un travail dur, exigeant et honnête mais indispensable.  C’est à partir de cette reconnaissance que nous pouvons commencer à nous concentrer un peu plus sur l’autre au lieu d’être toujours centrés sur nous-mêmes.  Nous cherchons tous à être valorisés et  heureux.  Soyons donc patients et tolérants avec la différence chez l’autre, évitons des propos blessants, des comportements condescendants, discriminatifs et en nous transformant nous donnerons l’envie aux autres d’adopter le même comportement à notre égard. Pas besoin de grandes chartes, c’est les petits gestes qui comptent: un sourire au passant, prendre le temps de parler, de connaître l’autre, d’être à l’écoute, de ralentir un peu au lieu de nous enfermer en nous-mêmes et d’opposer notre contraire  La tolérance et l’altruisme deviendront de cette façon notre  première nature, comme dit Matthieu Richard (voir sa prochaine visite à Montréal à la Cohu.ca). La compassion, l’amour,  ce n’est pas une émotion  féminine uniquement; la compassion vers nous-même en premier et vers les autres nous  aide à sortir de notre hostilité et enfermement douloureux  et nous permet de nous dépasser et nous réunir.  L’égoïsme individualiste et renfermé sur soi-même nous isole et affaiblit, en commençant par notre système immunitaire (voir prochain blog).  La pratique de l’éthique universelle de la règle d’or ce n’est plus une valeur réservée aux grands hommes et femmes de l’histoire (Jésus, Boudha, Gandhi…) mais c’est une nécessité si nous voulons faire quelque chose pour le monde individualiste et égoïste auquel nous appartenons.

About suryasanmiguel

I'm a Yoga teacher and educator. I was born in Madrid, Spain and came to Canada in the 70's to study but remained here. I received a degree in Education from McGill University. In my student's years I had the good fortune of meeting my Zen teacher, Roshi Phillip Kapleau and I studied with him for 15 years attending numerous retreats. In 1988 I was also very fortunate to meet Swami Vishnudevananda at the Sivananda Yoga Camp in Quebec where I became a certified Yoga teacher My interest in Budhism and Hinduism also led me to meet several Tibetan Lamas and study their teachings and traditions. I live presently in Montreal, Canada but travel frequently teaching Yoga and giving workshops and lectures on spiritual related topics.
This entry was posted in Posts. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s